vendredi 2 mai 2014

Un festin pour les corbeaux

Le Trône de fer

Un festin pour les corbeaux

Editions Pygmalion, 331 pages, traduction de J. Sola, illustration de S. Youll

Un festin pour les corbeaux est le douzième tome de la saga du Trône de fer en France et le dernier tiers du roman original A Feast for Crows de George R. R. Martin, quatrième de tome de la saga A Song of Ice and Fire. Édité en 2005 aux Etats-Unis par Bantam Books, ce dernier tiers du roman fut publié par Pygmalion en 2007 en France puis fut réédité en 2008 par J'ai lu, en 2010 pour la version intégrale de Pygmalion et de J'ai lu.

La fin de la guerre approche mais c'est une guerre plus personnelle que mène Cersei pour se débarrasser de sa belle-fille Margaery Tyrell ainsi que de ses vieux démons. Pendant ce temps, Brienne continue de courir le pays à la recherche de Sansa mais avec des nouvelles de Arya. Le doute s'empare d'elle, que doit-elle faire ? De son côté Jaime aussi est en prise avec sa conscience puisqu'il doit faire céder Vivesaigues malgré son serment de ne plus prendre les armes contre les Stark ou les Tully. Démontrera-t-il une fois de plus que le Régicide n'a aucun honneur ?

Marion

L'avis de Marion : George Martin dit dans son livre qu'il a eu beaucoup de mal à écrire son livre et cela s'en ressent puisque j'ai moi-même eu du mal à apprécier A Feast for Crows (regroupant donc Le Chaos, Les Sables de Dorne et Un festin pour les corbeaux)
    C'est très répétitif, les plans, actions et manipulations des personnages - tous autant qu'ils sont - n'avancent que très lentement et il est du coup difficile de se rappeler de tout et de s'accrocher pour finir la lecture. Le scénario stagne et le pire arrive à la fin du livre où l'auteur prévient qu'il a coupé en deux chronologiquement parlant son livre pour donner le tome 4 et 5. Donc les trois autres livres (dans l'édition française) se passent au même moment que celui-ci mais avec des personnages qu'on avait pas vu depuis longtemps (Daenerys, Jon Snow, Tyrion, Theon, etc.). Donc, on ne va pas avancer d'un pouce dans l'histoire. Très peu de chapitres sont vraiment passionnants car Cersei - que je n'aime pas du tout - prends une place trop massive selon moi dans le livre.
   Si le style d'écriture est toujours appréciable, ce sont les choix d'écriture de Martin que je blâme. J'aurais préféré qu'il mêle les chapitres de A Feast For Crows et de A Dance with Dragons pour avancer chronologiquement parlant d'un seul pas plutôt que de me refaire le même temps chronologique mais d'un autre point de vue. Cela n'accentue que la répétition. Il est tout de même rare que je lise plus de 300 pages en ayant l'impression de ne pas avancer dans l'histoire.
   Cersei est, comme je le disais, le personnage qui prend le plus de place. Et de ce fait, elle est simplement haïssable. C'est une gamine pourrie gâtée de 40 ans qui, comme une enfant, veut détruire ce qui lui fait peur et, comme une enfant capricieuse, refuse que la réalité soit autre que telle qu'elle l'a imaginée. J'en peux plus d'elle.
   Jaime est toujours sur une voie de rédemption qui me fait apprécier le personnage à chaque ligne. Il voit au-delà des apparences et veut reprendre sa vie en main, c'est l'un des meilleurs personnages de la saga et de loin.
   Brienne est touchante mais n'avance pas très vite dans sa quête désespérée, ce qui est logique. Le personnage réussit à nous la faire admirer pour sa force, son courage, ses aptitudes guerrières mais aussi à la plaindre pour sa vie de femme ratée, ses naïvetés et sa quête interminable.
   En somme, un livre trop lent ponctué seulement de quelques coups d'éclats qui ravivent que trop maigrement mon intérêt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire