vendredi 14 juin 2013

Zebraman 2: Attack on Zebra City


Zebraman 2 : Attack on Zebra City

Réalisation de Takashi Miike, production de Makoto Okada, Akio Hattori, Arimasa Okada et Takashi Hirano


Zebraman 2 : Attack on Zebra City est la suite du premier volet Zebraman, le long métrage japonais d'1h 46 est toujours dirigé par Takashi Miike. De même, cette suite n'a jamais été projeté sur les écrans français mais est sortie en DVD le 10 août 2011. Lors de sa sortie au Japon en 2010, il n'a pas eu le même succès que son prédécesseur puisqu'il a engrangé presque trois fois moins de recettes : $1,270,219.
Sortie DVD/Blu-Ray: 10 août 2011

Casting principal :
Shin'ichi Ichikawa/ Zebraman : Sho Aikawa
Yui Aihara/ Zebra Queen : Riisa Naka
Kozo Aihara : Guadalcanal Taka
Niimi : Tsuyoshi Abe
Kohei Asano : Masahiro Inoue
Junpei Ichiba/ Zebraman TV : Naoki Tanaka
Sumire : Mei Nagano

En 2025, 15 ans après l'attaque d'extraterrestre, Tokyo n'est plus, la ville est désormais connue sous le nom de Zebra City où le gouverneur Aihara et sa fille Zebra Queen mènent les citoyens d'une poigne ferme. Ils ont fait de Zebra City la ville la plus sûre du monde en inventant le Zebra Time : cinq minutes à 5h et 17h pendant lesquels les citoyens peuvent faire ce qu'ils veulent d'illégal tandis que l'armée leur tire dessus à feu ouvert. Zebraman, qui pourrait s'opposer à eux, n'est plus. En effet, le professeur Ichikawa a perdu la mémoire et ne souvient même pas de sa vie normale. Pourtant, il doit vite retrouver ses souvenirs pour s'opposer à Zebra Queen et ses desseins maléfiques.

Marion

L'avis de Marion : Déjanté, haut en couleur et avec une chanson thème à l'image du film, voilà enfin ce que j'attendais de Takashi Miike pour Zebraman !
Tout d'abord, une suite qui tient la route est un fait à souligner. Le scénario est sympa, il propose un voyage dans le temps et un aperçu d'un futur complètement barbare. Le scénariste et Takashi Miike se sont fait plaisir en imaginant toute sorte de concept hallucinant et décalé, tel que le Zebra Time ou encore la Police en mini-jupe. Ce changement total d'univers a l'avantage d'épargner toute redondance. Une fois de plus, le scénario offre des rebondissements inattendus avec un brin de philosophie.
Le film possède largement plus de moyen et c'est visible. Presque toutes scènes sont plus belles, plus élaborées. Les costumes des deux personnages sont époustouflants de qualités – avec une bonne dose de SM sexy pour Zebra Queen – mais toutefois, à l'image du premier, la qualité graphique de la fin laisse à désirer.
La bande son du film est géniale portée par l'actrice Naka Riisa – qui n'est absolument pas chanteuse, je tiens à le dire – et ses deux chansons thèmes Zebra Queen no Theme et Namida Kokoro Abaite. Les deux chansons sont explosives et décalées à l'image de Zebra Queen et de l'ambiance du film. Les osns technos concordent avec l'aspect futuriste du film mais surtout les paroles de Zebra Queen no Theme sont justes ridicules à souhait et fait qu'on ne peut s’empêcher de rire.
Enfin, la prestation des acteurs. Tout d'abord j'ai eu le plaisir de retrouver Tsuyoshi Abe qui offre une prestation bien différente de ce j'avais pu voir – passer d'un tombeur riche à un samouraï montre son bon jeu d'acteur. Mais c'est surtout Naka Riisa qui est le cœur même du film et lui en donne toute sa saveur faisant passer le jeu de Sho Aikawa pour très fade. Naka Riisa devient complètement hystérique, malade mentale et sadique pour ce film révélant une actrice très douée qui donne une Zebra Queen géniale.
En somme, le second volet des aventures de Zebraman est largement meilleur que le premier et me comble enfin, je retrouve un Takashi Miike tel que je l'avais découvert et apprécie pleinement ses personnages charismatiques et bien souvent fêlés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire