jeudi 2 mai 2013

Ange noir

Night World

Ange noir

Editions Michel Lafon, 262 pages, traduction de I. Saint-Martin, illustration de Getty Images France Source


Ange Noir est le quatrième tome de la saga Night World, crée par L. J. Smith, notamment fameuse pour son Journal d'un Vampire. Edité en 1996 sous le nom de Dark Angel pour l'édition originale, Ange Noir fut traduit en 2010 par Michel Lafon en grand format et en 2012 en poche. Toujours dans le même esprit, ce tome ne constitue pas une suite formelle des deux précédents mais il est possible de croiser des personnages dont les noms ont été évoqués.


Alors que Gillian tente d'aider un enfant qui gémissait dans la neige beaucoup trop près d'une dangereuse rivière, elle tombe dans celle-ci et meurt d'hypothermie dans les bois qui l'entourent. Mais dans la mort, elle croise un mystérieux jeune homme qui lui annonce qu'elle a encore le choix : vivre ou choisir de rejoindre le paradis. Gillian choisit de vivre et se réveille dans la neige bien vivante. Mieux, elle se fait raccompagner par son amour de toujours David. Angel, le beau jeune homme, l'accompagne désormais partout et la guide pour accomplir ses rêves : devenir la star du lycée et la copine de David. Mais ces conseils deviennent de plus en plus étranges et dangereux …
Prix : Michel Lafon grand format : 14, 95 €
Michel Lafon poche : 6, 60€

Marion

L'avis de Marion : C'est sans nulle doute l'un des tomes les plus étranges de la série (les neufs tomes confondus) qui montre aux jeunes filles rêveuses et envieuses de popularité, le revers de celle-ci.
La trame de fond est le stéréotype même des histoires d'ados : rêve de gloire et mis en couple avec le garçon le plus populaire du lycée. Heureusement, c'est relevé par l'esprit invisible qui accompagne Gillian, celui-ci même qui lui promet d'accéder à la notoriété. Difficile de voir où est le Night World dans cette trame. Et plus encore, il y a aussi des traits moralisateurs sur la notoriété et les risques de celle-ci. Bref, l'ange protecteur un peu manipulateur est une idée qui m'a complètement séduite.
Rien de particulier à dire sur le style d'écriture de L. J. Smith qui reste fidèle à elle même.
Une fois de plus, les humains, par opposition à l'esprit qu'est Angel, sont vraiment exaspérants. Je comprends même le ressentiment des personnes du Night World quand je vois les héros Même si elle commençait plutôt bien le roman avec un côté noble et courageux, Gillian a tout de la gamine écervelée et naïve. Miraculeusement – et heureusement – elle prend un peu de plomb dans la tête. Mais le pire du pire reste David. J'ai eu le sentiment qu'il n'avait pas tous ses neurones en place ce jeune homme. De fait, le personnage est tout simplement pas crédible. L'héroïne passe d'invisible à envoûtante en quelques pages selon lui, il est totalement prévisible et pas fin.
Mais, une fois de plus, l'ensemble des personnages est sauvé par l'un d'entre eux particulièrement doué et retors : j'ai nommé Angel. Le personnage est si bien construit qu'il est impossible de savoir la fin du roman et le pourquoi du comment à l'avance. Fin psychologue, il est diaboliquement doué et surprend sans sens. Angel est également impitoyable – et cette fois-ci pour de vrai ! – il n'est pas l'un de ses personnages qui se targuent de l'être mais qui se ramollissent comme du beurre au soleil lorsque LA fille passe. C'est un personnage ambivalent dont on ne sait les vrais sentiments. C'est lui qui fait toute la saveur du roman, toute la tension. Bref il est le cœur du roman.
En somme, j'ai passé un bon moment de détente grâce à L. J. Smith et à son Ange noir si charismatique mais aussi redoutable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire