dimanche 13 janvier 2013

Le Hobbit: Un Voyage Inattendu


Le Hobbit


Un Voyage inattendu


Réalisation de Peter Jackson, production de Zane Weiner, Peter Jackson, Frances Walsh et Carolynne Cunningham



Le Hobbit : Un voyage inattendu est un film réalisé par l'australo-américain Peter Jackson, célèbre réalisateur de la trilogie du Seigneur des Anneaux, sortie en salle le 12 décembre 2012. Comme le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit est un film qui porte bien son nom de long métrage puisqu'il fait deux heures et cinquante quatre minutes. Bien que le scénario ait été retravaillé, il est inspiré de la fameuse œuvre de J.R. R. Tolkien : Bilbo le Hobbit. Le film est donc empreint de toutes les légendes et créatures qu'à créer de ses mains l'auteur alliant des langues inventées à toutes ces créatures fantastiques que sont elfes, trolls, hobbit, nains, gobelins, orcs et compagnie.
The Hobbit : A Unexpected Journey a été distribué par Warner Bros, il représente déjà 4 nominations ( 3 aux oscars (Meilleurs décors, Meilleurs maquillages et Meilleurs effets visuels) et une nomination au Orange British Academy Film Awards pour le Meilleurs maquillages) et 4 millions d'entrées au box office français. Avec un budget de 270 millions de dollars, le film peut paraître dur à rentabiliser mais à Noël, soit en douze jours, Le Hobbit avait déjà rapporté 150 millions de dollars. Le deuxième film, Le Hobbit : La Désolation de Smaugh est prévu pour le 11 décembre 2013.
Le film sera disponible en DVD et Blu-Ray le 1er avril 2013

Casting principal :
Bilbon : Martin Freeman
Gandalf : Ian McKellen
Thorïn : Richard Armitage
Balin : Ken Stott
Dwalin : Graham McTavish
Bifur : William Kircher
Bofur : James Nesbitt
Bombur : Stephen Hunter
Oïn : John Callen II
Gloïn : Peter Hambleton
Fili : Dean O'Gorman
Kili : Aidan Turner
Nori : Jed Brophy
Dori : Mark Hadlow
Ori : Adam Brown
Gollum : Andy Serkis

Bilbon est un jeune hobbit qui vit une vie calme et sereine comme se le doit un hobbit. Mais tout cela change le jour où Gandalf, un magicien qui animait son village avec ses feux d'artifices dans son enfance, décide, avec le désaccord de Bilbon, que celui-ci est prêt pour prendre part à une aventure. Effrayé, Bilbon le renvoie sans autre cérémonie. Cependant, le soir-même, une succession de treize nains arrivent chez lui, prend possession des lieux et Thorïn, prince nain, lui demande de devenir leur cambrioleur pour récupérer leur ville perdue Ereborg, le Royaume sous la montagne des nains, qui a été investie par un dragon maléfique, Smaug. Le jeune hobbit se retrouve à participer à cette aventure sans se douter de tous les dangers que cela implique.

Marion

L'avis de Marion : Le Hobbit est sans conteste un film magnifique qui dessine une fresque médiéval et fantastique à l'image du Seigneur des Anneaux mais pour les lecteurs et fans du livre c'est ce qui est dérangeant.
L'histoire est à la fois respectée et à la fois bafouée. Il ne faut pas l'oublier Bilbo leHobbit est un conte pour enfant que Tolkien racontait à ses enfants le soir et le moins qu'on puisse dire c'est que le film est loin d'être pour enfant. Alors oui l'histoire centrale de la reconquête du Royaume sous la montagne est respectée mais si on garde tout ce qui est strictement lié à cela ainsi que une part du livre alors il ne reste plus grand chose du film. A reconquête de la Moria avec le combat contre l'orc blanc, le nécromancien, Raganast le Brun, la poursuite de l'orc blanc (qui n'existe pas dans le livre) contre les nains, le combat contre les trolls ou celui contre les gobelins dans la mine ainsi que le combat dans la clairière contre les worg et les orcs, rien de tout cela n'existe dans le livre car Bilbo le Hobbit n'est pas une épopée guerrière. Les nains le disent et le redisent dans le livre ainsi que dans le film : ils ne sont pas (ou plus pour certains) des guerriers mais pourtant ils enchaînent les scènes de combat. Pour moi il y a comme un problème. J'espère que la seconde intrigue du nécromancien ainsi que Radagast le Brun se trouvent dans le Silmarillion mais toujours est-il que Bilbo le Hobbit est un livre qui se détache des autres œuvres de Tolkien par son innocence, son humour et de très légers combats. Si on retrouve l'humour, le reste est parti à la trappe.
En revanche, les décors sont une fois de plus splendide et à la hauteur de ce qu'on imaginait en lisant. La première partie du voyage de la compagnie se caractérisait par la verdure, les bosquets et la montagne et ils sont présent mais aussi époustouflant de beauté, j'y ai trouvé une vraie qualité signée Peter Jackson qui ne laisse personne indifférent. De même pour les costumes et les effets spéciaux. Il m'a été impossible de savoir si les orcs et gobelins sont véridiques à force de maquillages ou totalement faux et fait numériquement. De même Gollum est aussi encore plus réussi que dans la trilogie de l'Anneaux avec les troublants reflets de ses yeux bleus particulièrement dérangeant autant dans le livre que dans le film. Rien n'étant parfait, un mauvais point en revanche pour les aigles géants qui font véritablement très faux tout au long de leur apparition ainsi que pour la taille des nains qui me parait étonnamment grande. Les costumes sont magnifiques et d'une qualité presque irréprochable, j'ai pu percevoir le vrai contraste entre les nains, habillés pour la plupart en guerrier, et Bilbon avec sa veste, son veston et ses beaux boutons qui ne perçoit pas le moins du monde que sa tenue n'est pas adaptée à l'aventure. Un seul détail m'a chiffonnée, ce sont les pieds de Bilbon que j'ai trouvé très mal fait et ne faisait donc pas naturels mais 100% plastique, ce qu'ils sont.
Le casting est parfait. Martin Freeman incarne un Bilbon plus hobbit que jamais, très incertain mais qui sait faire preuve de courage quand il est nécessaire. Ian McKellen incarne Gandalf avec la même aisance que les trois précédents films et on a le bonheur de retrouver des répliques identiques – comme le fameux « Fuyez pauvres fous » – qui rendent savoureux son rôle. Si Richard Armitage qui fait Thorïn est un inconnu du public français, il est à la hauteur du talent qui a fait sa renommée en Angleterre. Il ne joue pas Thorïn, il est Thorïn, un guerrier nain à la recherche de sa patrie et que rien ni personne n'empêchera de reconquérir.
Au final, oui, Le Hobbit est une réussite cinématographique et j'ai pris plaisir à le regarder, il s'inscrit dans la lignée Jackson et du Seigneur des Anneaux mais je persiste qu'il est dommage qu'il ne crée pas sa propre lignée. Il faut voir ce film pour l'esprit général qui se rattache à la trilogie précédente mais pas pour retrouver l'esprit du livre. Je termine donc sur une dernière pensée : sans les multiples ajouts, le livre aurait largement été réalisable en un seul et unique film au lieu d'une autre trilogie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire