mardi 29 janvier 2013

Death Note

Death Note

Réalisation de Shusuke Kaneko, production de Takahiro Sato

Death Note est un film japonais réalisé par Shusuke Kaneko et sorti sur les écrans japonais en 2006. Le film n'est pas sorti dans les salles françaises mais est sorti en DVD, distribué par Kaze et Dolby Digital. Le long métrage de 2h06 est inspiré du très célèbre manga du même nom qui est un best seller mondial. À l'image de l'oeuvre de Tsugumi Ooba et de Takeshi Obata, le film mêle fantastique, thriller et psychologie.
Il est disponible en DVD depuis 2007.

Casting principal :
(Les noms des personnages sont orthographiés à la japonaise)
Raito Yagami/ Kira : Tatsuya Fujiwara
Ryuuzaki/ L : Kenichi Matsuyama
Misa Amane : Erika Toda
Shiori Kashino : Yu Kashii
Naomi Misora : Asaka Seto
Watari : Shunki Fujimura
Soichiro Yagami : Kaga Takeshi
Ryuuku (voix) : Shido Nakamura

Raito Yagami est un lycéen qui a tout pour lui, il est beau, il est intelligent et est même le numéro un national de sa génération. Mais seulement, il trouve la vie écoeurante d'injustice et de criminalité. Ryuuku est un dieu de la mort, un Shinigami, qui a pour mission de tuer les personnes dont l'heure est venu sur son cahier de la mort, le Death Note. Celui-ci se lasse de sa mission millénaire et jette son Death Note à travers le puits qui le relie au monde des humains. Le cahier chute et rentre en la possession de Raito Yagami. Tout d'abord sceptique en lisant les règles qui précisent que ce cahier peut tuer, le lycéen se rendra compte très vite de la réalité des pouvoirs mortels. Ryuuku, qui l'accompagne, voit enfin le divertissement souhaité se mettre en place tandis que Raito se donne pour mission de purifier la planète, tel le dieu d'un nouveau monde.

Marion
L'avis de Marion : Etant une fan de Death Note le manga, j'étais plus que sceptique quant à la qualité du film mais le réalisateur a su s'en sortir et faire de Death Note une bonne adaptation qui, si n'est pas strictement fidèle au scénario, est fidèle à l'esprit du manga.
Comme je l'ai dit, le scénariste de Death Note s'est permis des libertés avec le scénario original de Tsugumi Ooba : l'ajout d'un personnage et donc de nombreuses scènes qui vont avec. Cependant, j'ai trouvé que l'ajout du personnage de Shiori apportait un vrai plus au scénario et surtout à l'ambiance du film ainsi qu'au personnage de Raito Yagami. En règle général, toute la structure du scénario de base est respectée. Ce qui était un vrai défi, comment faire en deux films ce qui a été établi en douze tomes ? La réponse se trouve à la fin du second film, Death Note 2 : The Last Name.
L'ambiance est génial. Digne du manga, je me suis imprégnée de toutes les manigances de Raito, les démonstrations de son intelligence sont aussi impressionnantes et Ryuuku, qui une fois qu'on s'y est habitué est une merveille graphique, est plus vrai que nature et fait superbement bien ressentir que tout cela n'est qu'un jeu pour lui mais il fait aussi ressortir tout le lugubre et le degrés de sadisme du film. L'alternance des plans sombres, lorsqu'il s'agit des machiavéliques machinations de Kira, avec les plans en lumière, lors de la vie de famille de Raito Yagami rendent bien ce côté schizophrène du personnage qui mène une double vie. La musique contribue beaucoup, elle est très bien choisie et donne de l'intensité et du dramatique avec un tel art que j'en avais des frissons. Parfaitement compréhensible puisqu'il s'agit du compositeur Kenji Kawai qui est notamment à l'origine de bande originale telle que Ring, Gantz ou encore Antartic Journal . Les effets spéciaux sont réduits à Ryuuku. Pour ce qui est de son cas, j'hésite encore. Certes on voit très bien qu'il n'est pas réel et en image de synthèse mais la qualité graphique est impressionnante et il ne faut tout de même pas oublier qu'il est un shinigami, un dieu de la mort, il devait donc détonner un peu du cadre pour marquer son statut. Je reste donc neutre sur ce point, je pense que tout n'est question de s'habituer ou non à son apparence. Dernier point intolérable sur lequel je serais un intraitable, est-il si difficile de teindre les cheveux noirs de Erika Toda en blond comme l'exige le personnage ? Je m'attarderai davantage sur ce point sur le deuxième film. 
Bien entendu, le film est à regarder en VOSTFR, le doublage français étant à pleurer.
Les acteurs sont tous effacés par les incroyables performances de Tatsuya Fujiwara et de Kenichi Matsuyama. Certes, il faut les avoir vu dans d'autres films pour comparer mais je peux assurer que leur performances sont au top. Le passage de la frayeur au psychopathe en puissance est interprété avec brio. Pas une seule seconde, je me suis dit que Fujiwara surjouait ou encore qu'il était un peu faible. J'ai été emporté par sa prestation. Kenichi Matsuyama réussit à incarner L avec encore plus de mérite. L est le personnage clé et adoré par les fans, il est hors norme : il mange du sucre à tout heure, il a des tics de comportement et une manière de parler un peu lente. Mais d'ailleurs cette façade de gentil, il sait recourir à des méthodes un peu limite pour arriver à son but. Toutes les complexités du personnage sont visibles dans le jeu de Matsuyama se fraye facilement une place au côté de Fujiwara.
En somme, Death Note est un bon film qui a su conserver une fidélité de scénario mais aussi s'en détacher pour rester avant tout fidèle à l'esprit de l'oeuvre. Un thriller fantastique dont on ne ressort pas indemne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire