vendredi 21 septembre 2012

Lune d'été


Indiana Teller


Lune d'été

Editions Michel Lafon, 368 pages, illustration de Andreas Rocha

Lune d'été est le second tome du cycle Indiana Teller écrit par la très populaire Sophie Audouin-Mamikonian. Le livre a été publié en février 2012 chez Michel Lafon, suivant le rythme annuel que l'auteur s'impose pour chacun de ses livres.
La couverture du tome est toujours sous la direction de Andreas Rocha, ce qui donne un joli effet dans la bibliothèque puisque les tranches de livre se complètent et forment au fur et à mesure un dessin qu'on verra complet avec le quatrième tome.


Être le seul petit-fils héritier d'un clan de loup-garou sans en être un lui-même est sur tout point usant, ce n'est pas Indiana Teller qui vous dira le contraire. Alors qu'il se remet à peine de ses blessures en compagnie de sa petite amie Katerina, son don capricieux lui fait assister, rien de moins, qu'à la tentative d'assassinat du père de cette dernière. Entre les problèmes de clans et cette attaque qui a tout l'air d'être d'origine surnaturelle, Indiana doit être plus que jamais méfiant s'il veut réussir à protéger celle qu'il aime et s'en sortir vivant. N'y auraient-ils pas d'autres sombres complots derrière cette attaque ?
Prix: Michel Lafon: 17, 20 €
Marion

L'avis de Marion : Cette suite est à l'image du premier tome : diaboliquement complexe. Peut-être même un peut trop complexe. De complots en (faux?) complots, j'ai commencé ne plus pouvoir suivre au milieu du livre. Heureusement, il y a comme d'habitude l'explication de fin qui enchaine sur le dénouement final qui nous pousse à poursuivre.
Revenons sur le livre avec un peu plus de détails. Tout d'abord, les héros sont toujours aussi attachants avec des problèmes qui se cumulent autant du côté surnaturel qu'humain. Les personnages sont contraints de faire des choix et ne s'en sortent pas forcément indemnes, un choix d'écriture que j'apprécie fortement, enfin des héros qui ne s'en sortent pas sans la moindre égratignure ou en résolvant tout. De plus, on échappe aussi au mélo-dramatique du héros qui est un raté et qui subit. L'auteur a réussi à créer un personnage en entre-deux qui survit à sa manière même s'il n'est pas libre de ses mouvements.
L'histoire aborde ici un nouveau thème : les vampires. Une fois de plus, c'est un thème connu et très développé ces derniers temps où les versions se multiplient. Sophie Audouin-Mamikonian choisi d'aborder les vampires de manière classique et à la fois contemporaine les faisant très proche des vampires de Anne Rice ou du très célèbre comte Dracula (forces exceptionnelles, contrôle mental, absorption de sang animal ou humain, etc.) tout en s'y détachant avec des détails tels que le pouvoir de voler ou encore la confrontation avec d'autres créatures surnaturelles qui offrent encore plus de possibilité de pouvoir. Le pari est en tout cas réussi, on croit à cette race qui une fois de plus explique des faits dans notre monde.
Dans le scénario vient donc le petit soucis des complots trop compliqué qui m'ont étourdis mais heureusement cela ne gâche en rien le plaisir de lecture que nous offre le livre. Pas de perte de temps en description, le livre reste au cœur de l'action et de la tourmente pour ce héros humain à la famille bien compliquée.
En somme, j'ai apprécié le livre et attends avec impatience la suite, même si j'ai trouvé ce tome légèrement moins bien que le premier.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire