vendredi 28 septembre 2012

J. R. R. Tolkien


J. R. R. Tolkien


Né le 3 janvier 1892 à Bloemfontein, en Afrique du Sud, et mort le 2 septembre 1973 à Bornemouth, en Angleterre, John Ronald Reuel Tolkien était un grand homme qui avait plusieurs cordes à son arc :écrivain, poète, philologue – c'est à dire un professeur qui étudie la linguistique historiques, donc l'évolution de la langue dans le temps – et professeur d'anglais classique à l'université.

C'est lorsqu'il est âgé de seulement trois ans que sa mère décide de les ramener, lui et son frère, dans leur Angleterre natale, un voyage que leur père trop souffrant ne pourra effectuer, il mourra un an seulement après, en 1896. La disparition du père mêlé à la conversion au catholicisme de la mère, la famille s'éloigne de plus en plus d'eux et la situation devient vite compliquée à gérer. Malheureusement pour les deux frères Tolkien, leur mère meurt à son tour en 1904. J. R. R. Tolkien devient orphelin à l'âge de douze ans, il gardera le souvenir d'une mère digne d'une sainte. Très tôt, il approcha les langues qui sont devenus tout de suite une passion. De cette passion s'approche son amour pour la campagne anglaise qu'il explore jusqu'aux frontières du pays de Galles, une langue qu'il apprendra et fondera sa passion des langues imaginaires, comme le Sindarin, inspiré du Gallois, et le Quenya, inspiré du vieux finnois.
Hébergé par une tante en 1905, il fit la connaissance à cette époque de Edith Bratt, dont il devint très proche, une proximité mal vue puisque son tuteur, le père Francis Morgan, les força, lui et son frère, à déménager pour séparer les deux jeunes amoureux.

Il fit ses études au prestigieux collège d'Oxford, Exeter College, où il approfondit ses connaissances en langues, en 1911 grâce à l'obtention d'une bourse. Cette année sera celle aussi de la publication de ses premiers vers.

En 1913, Tolkien profite de sa majorité pour retourner vers Edith Bratt, il lui envoie une lettre pour la demander en mariage. Celle-ci bien que déjà promise à un autre accepte et se convertit pour lui.

Puis vint la Première Guerre mondiale, enrôlé dans l'armée, Tolkien est contraint de partir avant d'avoir pu se marier. Fort heureusement pour lui, il tombe malade en 1916, ce qui lui permet de revenir du front et de se marier. Loin des champs de batailles, c'est là qu'il commence l'invention qui fera sa renommée : l'histoire de la Terre du Milieu avec le premier des Contes perdus. La légende est en route. C'est à cette époque aussi que naquit son premier fils, John.
Il devient professeur en 1920 et participe au dictionnaire d'Oxford en tant que lexicographe. Mais Tolkien décide de partir à Leeds et devient professeur d'anglais jusqu'en 1925. Durant cette période, il écrit un glossaire d'anglais puis un poème d'anglais moyen, Sire Gauvain et le Chevalier vert, deux œuvres qui seront considérés comme des références dans les années qui suivirent. Les Contes perdus sont laissés de côté mais l'auteur commence une version en vers : Enfants du Hùrin. Sa famille s’agrandit aussi avec la naissance de deux fils : Michael Hilary Reuel en 1920 et Christopher John Reuel en 1924.


En 1925, la famille Tolkien déménage et retourne à Oxford où J. R. R. Tolkien redevient professeur au Pembroke College, où il enseignera jusqu'en 1945. En vrai papa poule, Tolkien est très attaché à ses enfants pour qui il écrira Roverandom et Bilbo le Hobbit. En 1926, il fait une importante rencontre, celle d'une grande amitié avec C. S. Lewis : le célèbre auteur de Narnia. Avec celui-ci, il fonda le groupe des Coalbiters puis les Inklings, deux groupes dédiés à la lecture des œuvres, à l'échange d'avis, entre tous les auteurs appartenant à ce cercle.
Sa seule fille naquit en 1929.

L'écriture de Bilbo le Hobbit commença par hasard, alors que Tolkien tombe sur une feuille blanche parmi ses copies. Il continue l'histoire pour ensuite cesser de l'écrire, il la poursuit à l'oral en la racontant à ses enfants. Ceux-ci grandissent et bientôt l'oeuvre tombe dans l'oubli.
Heureusement l'une de ses élèves lit le manuscrit et très enthousiasme elle le pousse à le présenter à une maison d'édition, George Allen & Unwin. Le livre est publié en 1937 et c'est un succès fulgurant, qui plus est international. Unwin presse alors Tolkien pour une suite. C'est le début d'une rédaction qui lui prendra plus de dix ans !

En 1945, il devient professeur de langue et littérature anglaise au Merton College (ci contre), poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite. Un de ses amis, membre des Inklings, le remplace. S'ils gardent des contacts avec ses amis, sa relation avec Lewis est ternie par des questions de croyances et d'influences. Les Inklings n'existent plus en 1949, la guerre y ayant porté un grand coup, et son amitié avec Lewis ne fait que se dégrader. Il est toutefois très atteint par la mort de celui-ci en 1963.

En 1948, après onze ans de travail, il achève enfin sa trilogie au succès mondial, Le Seigneur des anneaux. 1954 – 1955, il publie les trois tomes qui le mettent à l'abri du besoin pour la fin de ses jours. Très vite, l'auteur devient un objet de culte, ce qui lui déplait fortement. Le pire arrive quand une version illégale et non autorisée de son œuvre sort en 1965. Une fois de plus, le nom de Tolkien se répand et les choses empirent. Lui et sa femme décident alors de déménager à Bornemouth pour plus de tranquillité.

Il promet à ses fans d'achever le Silmarillion, nouveau nom des Contes perdus, une promesse qu'il ne tiendra jamais, puisqu'il les contente avec un recueil de poème, Les aventures de Tom Bombadil, et un conte, Smith de Grand Wootton.

Sa chère et aimée femme meurt en 1971, il fait graver un seul et unique mot sur sa tombe : « Lùthien ». Ce mot est une référence à son univers elfique que lui avait inspiré Edith alors qu'elle dansait dans les bois en 1917. Il retourne à Oxford où il est logé par un ancien collègue. Alors qu'il rend visite à des amis à Bornemout en 1973, il se sent mal et meurt quelques jours après en septembre 1973, à 81 ans. Il est enterré au côté de sa femme où on fait graver « Beren » sous sa tombe à sa demande, nom d'un humain qui est fou amoureux de Lùthien, une elfe.

 
Son fils a continué à publier des œuvres inédites de son père jusqu'en 2009.

La notoriété de Tolkien a été relancée en 2003 avec la sortie du Seigneur des Anneaux : La communauté de l'anneau, une adaptation de Peter Jackson au cinéma. Un succès retentissant qui font la notoriété du réalisateur et engendreront des milliers de bénéfices que Christopher Tolkien, dernier fils de J. R. R. Tolkien, et sa famille ne toucheront pas. Pire, avec la sortie de Bilbo le Hobbit : le voyage inattendu, le fils estime que l'oeuvre de son père est éviscérée et dénaturée.

Aujourd'hui, Tolkien est toujours cette légende, qu'il n'aimait pas être, et est une référence dans le monde de la fantasy.

Bibliographie indicative :
  • Bilbo le Hobbit, roman, 1937
  • Feuille de Niggle, nouvelle, 1945
  • Le Fermier Gilles de Ham, conte, 1949
  • Le Seigneur des anneaux, trilogie, 1954 – 1955
    - La Communauté de l'anneau, 1954
    - Les Deux Tours, 1954
    - Le Retour du roi, 1955
  • Les aventures de Tom Bombadil, poèmes, 1962
  • Smith de Grand Wootton, conte, 1967


À titre posthume, ouvrages édités par Christopher Tolkien

  • Sir Gawain and the Green Knight, poèmes médiévaux, 1975
  • Le Silmarillion, roman, 1977
  •  Histoire de la Terre du Milieu (12 volumes), 1983 – 1996
  • Les Enfants de Hùrin, roman, 2007
  • La légende de Sigurd et Gudrùn, poèmes, 2009

Marion

Sources:
http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/07/05/tolkien-l-anneau-de-la-discorde_1729858_3246.html
http://www.tolkienfrance.net/
http://fr.wikipedia.org/wiki/J._R._R._Tolkien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire