mercredi 18 janvier 2017

Noragami - Saison 1



Noragami - Saison 1
Affiche officielle

Noragami est une série télévisée animée produite par le studio Bones et inspirée du manga du même nom dessiné par le duo de mangaka Adachitoka. Le manga ne comportant que peu de tomes, l'anime ne s'est décliné pour le moment qu'en deux saisons, deux OAV (constituant plutôt des hors-séries) et une parodie. Diffusée du 05 janvier 2014 au 23 mars 2014, la première saison fut bien reçue par les fans notamment pour sa fidélité dans l'adaptation. En France, l'anime est licencié par Wakanim mais n'est pas sorti en DVD.


Synopsis : Dieu de la guerre mineur, Yato est sans le sou, sans temple et surtout sans fidèles, élément indispensable pour la survie d'un dieu. Déterminé à devenir une divinité importante, il exauce n'importe quelle prière pour 5 yens. Lors d'une de ses missions, il croise la route de Hiyori, une humaine sensible au monde des âmes, qui met sa vie en périple pour le sauver. Touché par ce geste, Yato lui sauve la vie. Cependant, Hiyori se retrouve avec un certain handicap : son âme quitte inopinément son corps. Donnant 5 yens à Yato, elle lui prie de régler ce problème.  La voici à suivre le dieu dans ses aventures mais aussi ses conflits avec les autres dieux.



Episodes :
  1. A Housecat, A Stray God, And A Tail 
  2. Snow-Like  
  3. Bidden Calamity  
  4. Where Happiness Lies 
  5. Borderline
  6. Scary Person
  7. Uncertainty & Destiny
  8. Over The Line
  9. Name
  10. Regarded With Hate
  11. Abandoned God
  12. A Scrap Of Memory
     
Casting principal :
Yato : Kamiya Hiroshi
Hiyori Iki : Uchida Maaya
Yukine : Kaji Yuki
Bishamonten : Sawashiro Miyuki
Kazuma : Fukuyama Jun
Kokufu / Bimbogami : Toyosaki Aki
Daikoku : Ono Daisuke


 Marion



L'avis de Marion : Ayant complètement accroché au manga et la critique étant bonne avec l'adaptation animé, je me suis laissée tenter.
   La première chose qui frappe aux yeux avec cette anime, c'est la qualité graphique de l'animation. Je n'avais pas regardé depuis un certain temps d'anime récent, et c'est une vraie claque quand on passe de One Piece début des années 2000 à Noragami, quatorze ans après. Ne serait-ce que sur la couleur des yeux des personnages, la recherche couleur est dingue. Les phases de combat sont dynamiques, souples, fluides, emprunt d'une certaine magnificence. Les phases d'exécution des Ayakashi, esprits malfaisants influençant les humains, sont particulièrement bien représentées avec une certaine mysticité.
   Niveau scénario, l'anime commence directement dans le vif du sujet et nous évite l'introduction lourde et inutile du manga papier. Les différences avec le manga sont très légères mais surtout on retrouve toute l'ambiance du manga. Les gags des personnages, l'humour déjanté, mais aussi le sérieux que peuvent affecter certains, les changements brutaux d'humeur de Yato, les spécificités des armes (Shinki) des dieux. L'intrigue commence doucement afin de mettre en place ces éléments, montrer l'univers dans lequel le spectateur se trouve plongé. La surprise de cet anime est que pour un shônen, l'action est présente mais reste minoritaire. Elle est certes le quotidien de Yato et Yukine mais n'est pas non plus au centre de l'intrigue. La clef de cet anime réside surtout dans les relations entre les personnages mais aussi les dieux et les humains. Il donne d'ailleurs un bref aperçu de la divinité japonaise, prenant appui sur des déités existants réellement dans la mythologie japonaise. Si la fin diffère du manga, elle ne fait qu'apporter un plus à l'anime, proposant un voyage bref dans les origines de Yato. Ainsi, l'anime propose action, humour, tendresse, amitié, culture et beauté graphique.
    Autre point positif : la musique et le doublage. D'entrée de jeu, le générique se détache. La musique de Hello Sleepwalkers est entrainante, colle parfaitement avec l'univers graphique présenté. Les personnages sont dévoilés au fur et à mesure en accord avec leur caractère. Il fait partie de ces openings qu'on ne zappe pas finalement au bout du troisième épisode et qu'on prend plaisir à écouter et regarder pour voir si on a pas loupé des détails dedans. Le doublage est tout simplement parfait. Le seiyuu (doubleur) de Yato sait tant passer du dieu sérieux à mort qu'au lycée qui enchaîne les boulettes pour déconner avec Hiyori. Je salue le travail de Kamiya Hiroshi qui démontre une fois de plus son talent dans ce domaine. La relation entre Yato et Yukine est parfaitement retranscrite grâce au travail d'excellence des deux doubleurs, prouvant qu'à l'instar de L'attaque des titans, ils savent s'associer dans un tout autre registre.
   Les personnages donc sont essentiels dans cet anime où tout gravite autour d'eux. Yato, derrière ses éternelles blagues, son manque de sérieux et ses gamineries, est un personnage touchant. Bien sûr bon nombre de fois, il fait plus rire qu'autre chose mais l'équilibre est là, faisant de ce héros, le meilleur personnage de l'anime.
    Yukine est le plus mignon de la bande, âme perdue dans ce monde qu'il connait mais redécouvre sous sa forme de fantôme, on ne peut que compatir et comprendre sa douleur. Si il peut sembler un peu sale gosse sur les bords, ce n'est que pour nous charmer davantage après.
     Hiyori, l’héroïne de cet anime, se partageant la vedette avec Yato, a le mérite de ne pas être l'un de ces clichés d'anime. Quand la jeune fille se trouve mêlée à la bagarre, elle n'hésite pas à y participer, peu importe combien cela peut s'avérer dangereux pour elle au vue de sa condition. Elle ne fait pas partie de ces cruches reléguées au second plan. Toutefois, pour ma part, elle doit s'incliner devant la suprématie de Bishamon, le personnage féminin le plus stylé de cet anime. Elle manie le sabre, les armes à feu, le feu et monte un lion. Que demander de plus ? Guerrière d'exception, Bishamon crahce sa haine pour cacher sa douleur et sa relation entre elle et ses shinki ou avec Yato fotn l'un des nombreux point d'intérêt de l'anime.
    En somme, en proposant une intrusion dans la vie des dieux d'un point de vue humoristique et d'une lycéenne, Noragami vise de suite un public jeune qui ne prend pas la tête mais son scénario, lent à démarrer, basé sur les relations de personnages, démontre tout de même qu'il faut une certaine patience pour s'y intéresser. C'est à double tranchant, soit on s'intrigue pour cet univers singulier, soit on se lasse dans les premiers épisodes. Dans le deuxième cas, dommage car la suite vaut le coup d'oeil !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire