dimanche 16 février 2014

Contes

Contes

Éditions du Chêne, 400 pages, couverture : lithographie de K. Offterdinger vers 1800

Contes est un petit livre publié le 19 avril 2006 dans la collection La Bibliothèque illustrée de chez Chêne. Ce recueil de contes, contrairement à la couverture fournie par le site des éditions du Chêne, contient une sélection de contes de Charles Perrault mais aussi de Madame D'Aulnoy et de Madame Leprince de Beaumont.
Prix : 20 €

Le livre contient les contes suivants : 
Charles Perrault

La Barbe Bleue
Le Petit Chaperon Rouge
La Belle au Bois dormant
 Le Chat Botté
Cendrillon
Riquet à la Houppe
Le Petit Poucet
Peau d'âne

Madame D'Aulnoy

La Belle aux Cheveux d'or
L'oiseau bleu
La Chatte Blanche
La Biche au bois

Madame Leprince de Beaumont

 Le Prince Chéri 
La Belle et la Bête

Marion  

L'avis de Marion : Malgré que je connaisse bon nombre des contes qui le composent, notamment tous les Perrault et La Belle et La Bête, ce petit livre a réussi à me surprendre.
   Les trois auteurs ont vécu à la même époque approximativement (deuxième moitié du XVIIème siècle et début du XVIIIème siècle) et cela s'en ressent dans les contes. Ils suivent quasiment tous (hormis certains de Perrault qui sont plus variés) le même motif et utilisent les mêmes éléments. En effet, sur quinze contes, onze utilisent le principe des fées marraines et les sept derniers ont la même structure narrative qui consistent à la métamorphose du héros en monstre ou animal. Ce dernier détail est un peu plus gênant à cause de la manière d'écrire de Madame D'Aulnoy et de Madame Leprince de Baumont car elles ont un style très similaire (de même que Perrault mais la ressemblance est plus frappante entre les deux femmes). De plus, les contes de Madame D'Aulnoy sont très très longs et passent par de multiples péripéties et détours qui sont grosso modo les mêmes d'un conte à l'autre ce qui rend la lecture éprouvante.
   J'en viens donc au style d'écriture. Les trois auteurs ont un style similaire qui se voit ne serait-ce que dans les titres des œuvres. Les héros n'ont pas de nom mais que des surnoms en fonction de leur caractéristiques et cela est de vigueur tout le long des contes. Les auteurs écrivent de manière très lyrique et cérémonielle - et ce malgré la traduction en français moderne. On retrouve très souvent les mêmes expressions d'un auteur à l'autre, caractéristique du genre et de l'époque.
   Les personnages sont tous - ou presque - des princes et des princesses et ces dernières sont bien mal loties. Au vu des dates des auteurs, on peut avoir un petit aperçu de la situation de la femme et du sexisme latent. C'est pourquoi, les héroïnes de ces contes ne peuvent pas faire la moindre chose par elle-même et doivent toujours en appeler à l'aide à leur prince ou à leur fées marraines. C'est d'ailleurs le seul rôle valorisant de la femme dans chacune de ces histoires. Elles endossent un rôle où elles sont révérées comme des divinités et apportent la providence. Toutefois, comme pour compenser ce beau rôle, on peut noter que trop souvent, ce sont les soi-disant défauts féminins qui causent le malheur d'un prince ou d'une princesse et parfois même c'est tout simplement la femme en elle-même.
   En somme, ce petit livre est très instructif et permet de faire la lumière sur les contes tels qu'ils sont et non plus tel qu'on les connait. Attention toutefois à la langue qui n'est pas aisée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire